Une globe-trotteuse raconte…

Vous avez envie de partir en voyage pour 1 semaine, 1 mois, 1 an ? Sachez que le pas n’est pas difficile à franchir… Lucie, voyageuse accomplie et blogueuse Voyages et vagabondages, nous a livré sa vision du voyage et ce que cela lui apporte !

FUAJ – Comment définiriez-vous le voyage ?

Lucie – Le voyage, pour moi, c’est de vouloir rencontrer l’autre, c’est surtout une question de curiosité. La curiosité de découvrir une langue, un paysage, une culture, des gens, les goûts des plats locaux… On ne se lasse jamais parce qu’il y a beaucoup à découvrir. Je garde toujours mes yeux d’enfant lorsque je vais quelque part : on n’a jamais fini de découvrir un endroit. On peut y retourner 1000 fois et le redécouvrir.

FUAJ – Vous diriez que ce sont les lieux qui changent ou bien votre regard ?

Lucie – Les deux. Soit parce les choses ont effectivement changé, mais aussi parce que mon regard au fil des voyages évolue et parce que je change également !

FUAJ – Sur votre blog, vous écrivez comment vous est “venue” cette passion du voyage. Vous souvenez-vous de votre première expérience en solo, Excitation, peur du vide…?

Lucie – Le premier départ ressemblait à un saut à l’élastique. Je partais en Suède pour la première fois avec une amie, pendant mes études, mais j’étais tout de même seule à le préparer. Mon véritable 1er voyage en solo, c’était pour Stockholm pendant les fêtes de Noël. Cela renforçait  le sentiment de solitude, mais je ressentais aussi une grande excitation face à toutes les possibilités qui s’offraient à moi ; un sentiment d’excitation et d’attente. Mais je n’ai jamais vraiment eu peur…

FUAJ – Qu’est-ce que le voyage a développé chez vous ?

Lucie – Plus jeune, j’étais déjà très solitaire…

 

FUAJ – ou plus dans l’introspection ?

Lucie – Oui, ce que le voyage a renforcé cela, mais paradoxalement je suis devenue moins réservée, moins timide. En fait, je suis devenue plus sociable. 10 ans se sont écoulés depuis mon premier départ ! Je suis devenue aussi plus sportive, plus amoureuse de la nature. Je randonne beaucoup. Et maintenant j’ai des bases dans 6 langues : l’anglais et l’espagnol, bien sûr et j’ai des bases de japonais, suédois, allemand et indonésien.

 

FUAJ – Peu commun ce mélange ! Il faut savoir s’adapter vous me direz et avoir envie d’apprendre aussi.

Lucie – J’étais aussi déjà très tolérante, mais avec le voyage on est en contact avec tellement de cultures que l’on évolue aussi. On apprend à changer, à s’améliorer même, c’est certain. Je suis devenue moins stressée aussi, plus « relax ». Les clichés sur le voyage sont en fait vrais.

FUAJ – Plus largement qu’avez-vous appris, sur vous, en voyageant ?

Lucie – Le sujet est un peu délicat ; je n’ai plus peur de partir… pour l’au-delà ! J’ai tellement découvert,  tellement vécu d’émotions qui m’ont rendue heureuse… J’ai envie d’en découvrir encore beaucoup d’autres bien entendu, mais tout ce que j’ai vécu pendant ces voyages m’apaise. C’est peut-être pour cela.

FUAJ – Et quelle qualité pensez-vous avoir développée ?

Lucie – La débrouillardise et l’indépendance : je peux me sortir d’à peu près de tout, toute seule. Mais en fait, on est très peu souvent seule en voyage. Aujourd’hui, peut-être un peu plus :  j’ai un rythme différent de beaucoup d’autres voyageurs, puisque je travaille en même temps et peu de voyageurs peuvent partager ce rythme. De fait, j’en croise moins qu’auparavant, mais je rencontre plus de locaux.

FUAJ – A priori, ça ne vous empêche pas de mettre un terme à votre périple : qu’est-ce qui vous plait le plus dans le voyage ? Qu’est-ce qui fait que vous ne souhaitez-pas vous fixer en un lieu ? Est-ce que l’idée est rédhibitoire ?

Lucie – Quand j’étais plus jeune et que j’ai commencé à voyager, je pensais que 3 ans, c’était la durée maximum pour moi dans un même lieu… Cela dépend vraiment des endroits, mais aujourd’hui, je commence à avoir la bougeotte après deux ou trois mois. Voilà quatre mois que je suis en Argentine et je ressens comme un besoin de bouger et d’aller vers l’inconnu!

FUAJ – Ce n’est pas un peu fatiguant de toujours partir ?

Lucie – On se fatigue oui, mais on trouve toujours une semaine pour se poser. Un jour, je pense que je me poserai en Europe, pour 6 mois à l’année et pour pouvoir voyager les 6 autres mois.

 

FUAJ : Vous envisagez donc d’avoir un pied à terre en Europe… pour voyager encore. Votre projet en France, vous aimeriez le faire dans les auberges de jeunesse HI en France ?

Lucie – J’ai toujours l’idée de ce projet de Tour de France, donc oui pourquoi pas avec la FUAJ !

Comme Lucie, n’hésitez plus, prenez votre sac et tentez l’aventure. Les filles, si vous n’osez pas voyagez seule, lisez l’article “Voyager en solo au féminin“. Bon voyage…

© Lucie Aidart

 

Commentaires

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire

  • Graines de baroudeurs

    Bonjour et merci de partager votre expérience Lucie !
    Nous avons découvert votre parcours avec intérêt et continuerons de vous suivre au fil des prochains mois.
    Belles aventures à venir, gardez votre pêche !
    Caroline

    • http://voyagesetvagabondages.com/ Lucie Aidart

      Merci beaucoup!A bientôt!