Permaculture à HI Serre- Chevalier : l’Inauguration du champs !

Il y a 2 mois, vous découvriez Camille, jeune volontaire en Service Civique à l’auberge de jeunesse de HI Serre Chevalier. Camille porte belle et bien le projet de transformation du jardin non exploité. Son but : en faire un champ de permaculture authentique. Après de nombreuses semaines de travaux, nous vous livrons le bilan tant attendu de ce projet environnemental. Vous n’avez pas lu la première partie du projet de permaculture ? Lisez l’article, juste ici !

Comment s’est déroulé le chantier participatif ?

Nous avons fait appel à Concordia qui a sollicité des jeunes de toutes nationalités. Ils sont ainsi venus prêter main-forte à l’auberge de jeunesse HI Serre Chevalier. Des jeunes allemands, italiens et japonais sont arrivés pour 3 semaines de chantier. Dès le premier jour, les bénévoles se sont montrés sensibles aux enjeux en lien avec l’environnement. Et ces 3 semaines d’entraide ont porté leurs fruits !

En avril, nous avions fait tous les semis et les tracés des planches de culture également ! Ainsi, les bénévoles de Concordia ont pu repiquer tout ce qui avait été semé en avril. Ils ont, également, participé à la réalisation d’une spirale aromatique. Nous étions heureux de les voir aussi impliqués dans un projet durable. De plus, nous avons pu transmettre des principes sur l’environnement et des connaissances sur la permaculture. Enfin, leur aide nous a permis d’inaugurer, finalement, le jardin de permaculture le 21 juin dernier. Nous les remercions vivement.

Envie de suivre toute l’actualité de l’auberge de jeunesse ? Découvrez les coulisses au quotidien sur le compte Instagram

Le projet de permaculture s’est-il déroulé comme tu l’envisageais ?

Premièrement, j’ai été surprise par la quantité de matière organique que j’ai dû récolter pour seulement 36m2 de culture. En effet, que ce soit de la paille ou de la sciure de bois par exemple, je ne m’y attendais pas. C’est un détail conséquent : l’équipe a dû tout transporter jusqu’au champs. Heureusement que les partenaires du projet de permaculture étaient présents. Ainsi, tout s’est très bien déroulé, grâce au soutien de tous. Cette fin de chantier, si attendue et si proche de nos objectifs est une preuve de l’efficacité des réseaux de solidarité.

Que reste-il à développer du projet de permaculture ? 

Tout d’abord, nous avons comme projet de réaliser une serre, utile pour augmenter les chances de rendements du champs, de façon naturelle. Car les conditions climatiques sont spécifiques en hautes montagnes, avec une saison estivale plus courte ! Intégrer une serre est alors un vrai avantage pour élargir la saison et récolter le plus possible d’une production réalisée par la permaculture. Avec sa construction, nous pouvons gagner ,en moyenne, 1 ou 2 mois. Nous voulons aussi, par la suite, acheter plus de matériels pour faire des ateliers pédagogiques en lien avec le jardin.

Nous souhaitons également construire des panneaux explicatifs sur la permaculture tout autour du jardin. D’autre part, nous arrosons actuellement le jardin manuellement. C’est une tâche impérative mais à la fois fastidieuse. Nous avons alors pour projet d’ installer un système d’arrosage pour d’irriguer le jardin.

Enfin, nous livrerons bientôt un document complet sur les étapes de transformation d’un champs de permaculture. Un vrai témoignage écrit de notre expérience qui sera légué à toutes les auberges de jeunesse du réseau HI France qui auraient des terrains non aménagés à exploiter. Les volontaires en Service Civique au sein de la FUAJ pourront notamment s’inspirer de cette démarche pendant leurs missions de développement durable des auberges de jeunesse. A notre échelle, le volontaire suivant, grâce à rapport, aura toutes les connaissances pour entretenir et développer le champs de permaculture.

Comment entretenir quotidiennement le jardin de permaculture ?

A part l’arrosage, l’essentiel de l’entretien concerne les repiquages des semis. En effet, dans un premier temps, on sème les graines dans des alvéoles. Une fois que la graine a germé, on remet la motte dans la terre. Un travail qui est, par la suite, porteur d’une récolte saine pour une alimentation locale. Ainsi, Depuis le début de cette aventure, nous avons planté : des salades, des tomates cerises, de la menthe et même des fleurs ! Et nous avons pu enfin récolter des radis, des salades et prochainement des courgettes !

D’autre part, nous réalisons actuellement des bacs hors sol. Ce dispositif servira pour l’entretien et notamment, permettra de faire participer à nos ateliers des personnes à mobilité réduite. Ici, le but est que tout le monde puisse prendre part aux activités pédagogiques pour « apprendre à avoir la main verte»!

Comment s’organisent les animations autour de la permaculture ?

Pour l’instant, sont mis en place des activités découvertes gratuites proposées par des tours opérateurs. Ces animations pédagogiques permettent ainsi de sensibiliser les jeunes par rapport à une alimentation saine et bio. Même ceux qui paraissent moins enjoués au début, restent souvent attentifs tout au long de l’atelier. Un vrai exploit dans l’intérêt accordé à l’environnement. Nous avons hâte de recevoir nos prochains voyageurs pour les faire participer à ces nouvelles initiatives pleines de bonnes volontés.

© FUAJ, Canva

 

Commentaires

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire